Imprimer

Emmanuelle Khanh

Emmanuelle Khanh

Née en 1937. Emmanuelle Khanh a débuté comme mannequin lorsqu’à l’âge de 18 ans, elle téléphone au hasard à … Balenciaga, parce que c’était le premier nom de la liste. Elle sera également mannequin chez Givenchy. Mais en réaction contre les vêtements trop sophistiqués qu’elle est obligée de porter pendant son travail, elle commence à dessiner pour elle-même des modèles dès 1959.

Elle deviendra ainsi une des pionnières du prêt-à-porter au début des années 60.

Elle obtiendra, grâce à Hélène Lazareff, ses premières pages dans Elle, où elle pose dans ses propres modèles.

Les fabricants commencent alors à faire appel à elle : Pierre d’Albi, Missoni et Cacharel. Elle participera à l’invention du style junior : ses premières jupes à taille basse seront un succès en 3 mois, les socquettes de femme, les trenchs à l’anglaise, les manteaux matelassés, les soutiens-gorge ultra légers seront lancés par elle. Sa jupe-culotte connaîtra le même succès ainsi que les collections pour I.D. en 1964 et 1965, avec les robes drapeaux et les robes Op Art. En 1966, elle imagine des robes retenues par des colliers de rhodoïd. Elle imagine également des parapluies transparents et des vêtements en fausse fourrure.

A travers toutes ses collections, on retrouve une constante, qui devient presque une signature, l’emploi de broderies non seulement sur des blouses, mais aussi sur les vestes, les jupes des tailleurs et les lunettes aux énormes montures. C’est en 1975 qu’elle les utilise pour la première fois, avec du voile de coton ou de la bourrette de soie. Chaque année, un thème nouveau domine la collection : en 1976, le tee-shirt avec son portrait imprimé en couleur ou en pointillés, en 1978, la ligne inspirée par Boticelli avec des broderies proches de la tapisserie, en 1979, un thème influencé par Gauguin avec de larges applications, en 1980, le thème des notes de musique répandues partout, en 1981, le thème Nénuphar réalisé en chenille, en 1982 des jacquards et en 1983 des tartans.

Dans les années 80, on trouve ses créations dans une vingtaine de boutique dans le monde. Ses vêtements ne sont jamais conçus pour un simple show à sensations mais pour embellir les femmes, aussi bien les mères que les filles.

 

Source : Histoire de la Mode, Florence Muller


Affichage par page
Trier par

TAILLEUR JUPE velours, T 34, Emmanuelle Khanh

Référence: 348

En stock
Expédition possible sous 1-2 jours

VESTE longue, 38, Emmanuelle Khanh

Référence: 446

En stock